Main Menu

Quel est ton opinion
 


Designed by:

COMMUNIQUÉ PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Terra Cabinda   
Dimanche, 26 Décembre 2010 20:36

Après la réunion du 2 au 4 juillet 2010 où s'est décidée la démission des Responsables signataires de la lettre adressée au Président du Flec et devenue public;
Les membres du mouvement de libération du Cabinda sont inquiétés avec l’affront, dédain, humiliation et poignarde infligées, encore une fois, par certains personnes jusqu'à alors considérés comme des icônes du mouvement libérateur de Cabinda, et dû à certaines interprétations erronées de quelques commentateurs: les uns par faute d'éléments d'appréciations et d’autres par des intentions opportunistes de confondre les moins éclaircis sur en effet ce qui se passe dans le Flec, nous décidons d'apporter quelques clarifications qui aideront les intéressés à dissiper les doutes qui par hasard puissent exister.

Visant à servir le martyrisé peuple de Cabinda avec transparence, vérité et responsabilité; nous apportons, parmi d’autres les suivants aspects et les faits qui écœurent la lutte pour l'émancipation de notre Peuple et ont dicté notre démission de ce milieu pollué, pour le domaine public national et international:

I. - ASPECTS IMPORTANTS ET FAITS QUI ÉCOEURENT LE FLEC

- Évidences de haute trahison au sommet du pyramide de la direction du FLEC/FAC dans une emballée avec FLEC/État où s'associe António Nzita Bemba, fils du Président Nzita Henriques Tiago, qui depuis 2007 défie ouvertement le peuple de Cabinda comme entant qu’instrument du Gouvernement d'Angola pour la déstabilisation de la lutte pour l'émancipation du peuple Cabindais qui se consolident dans le suivant :
 
. Réactivation de Flec/Fac dissout en 2004 a Helvoirt dans le cadre de la fusion des flec's dont la présidence aussi assumée par le Président Nzita Tiago en parallèle avec du Flec/État sans avoir eu la préoccupation et la considération au minimum d’éclaircir les membres et autres responsables du mouvement de ses intentions.

 . Création par défaut de tous les responsables du mouvement, à l'exception du groupe qui s'est rendu, de la position de secrétaire du président pour les missions spéciales en nommant Monsieur José Veras a ce poste, porteur d'une procuration signée par le président Nzita Tiago pour légitimer ses actions, qui plus tard s’est révélé être impliqué dans des négociations secrètes avec Angola, qui seulement le Flec dit d'exister, alors qu'Angola ignore l'existence de telles négociations.

. Voyages secrets à Luanda, avec connaissance du Président de FLEC Nzita Henriques Tiago, des membres du groupe qui s'est rendu à l'Angola en utilisant des passeports angolais. Des membres de cette équipe et le directeur du cabinet du Président du FLec ont confirmé la connaissance des faits et ont insisté qu’ils recevaient des instructions du Président auquel ils reportaient les résultats de ce qu’ils  faisaient.

. Le Président Nzita Henriques Tiago a rejeté systématiquement la convocation de réunions de la direction du Flec pour se discuter le malaise qui délibérément s'est créé dans le mouvement.

- La situation implique la présidence, le haut commandement des FAC et le Secrétariat général qui a été repêché dans l’ultime étape, après avoir été vilipendé dans le communiqué final d'une de dernières réunions que le Président Nzita Tiago a eu avec le groupe conduit par Monsieur Alexandre Tati qui s'est rendu au service de l'Angola, pour leur aider à dépasser les entraves trouvées par ce groupe auprès de la base, des guérilleros et des réfugiés qu’ils ont essayés de traîner par la force, sous des menaces.

. Au Secrétaire général a été chargée la mission de traîner de toute façon tous les responsables résidants en Europe et il a également un voyage mis à l'ordre du jour, avec billet préparé, pour l'Afrique avec la même mission de convaincre les réfugiés et peut-être les combattants sans néanmoins se révéler les détails de la mission. Le voyage seulement n'a pas eu lieu dû au malentendu qui s'est enregistré entre eux.

. L'attraction du Secrétaire général, Monsieur Joel Batila, est apparue en partie comme mesure pour avorter la réunion convoquée par le Secrétariat des Relations Extérieures et des Négociations, alors dirigé par Monsieur Martinho Lubango, à la demande de la majorité des Représentants de Cabinda dans les différents pays qui voulaient des clarifications de la Direction (le président et le secrétaire général) sur la trahison qu’on ne peu dissimuler dans la haute hiérarchie du mouvement.

. Le Secrétaire général a initialement été d'accord de participer a la réunion. Plus tard, instruit par le président a dit que celui-ci a délégué son neveu, Monsieur Pambou Pierre, qui serait porteur de son message à un groupe restreint qui devrait se réunir clandestinement à Bruxelles, en citant les noms, quand tout était préparé pour la réunion de la France où résident ces messieurs : Joel Batila, Nzita Tiago et son neveu Pambou Pierre, qui n'est pas membre actif de FLEC et il ne participe pas dans les activités de FLEC ne pas vouloir s'impliquer dans la politique de Cabinda (ceci a été dit par Pambou Pierre lui-même).

. Ils ont rejeté l'occasion d'être honoré avec la présence de ceux qui étaient déjà déterminé de se déplacer vers la France qui voulaient juste être informés, ensuite pour décider comment continuer à servir le peuple Cabindais hormis de cette promiscuité ou accepter la corruption telle qu'il est arrivé avec quelques allergiques aux pétrodollars.

- L'échec de cette force coalisée dans le Flec de traîner tous les cadres résidants en Europe; les réfugiés Cabindais dans les deux Congo; et les combattants qui nient soutenir la tromperie ourdit par les Services Secrets d'Angola en partenariat avec leurs agents accommodés dans la Direction du Flec a laissé désoriente les mentors et les a amenés à précipiter leurs actes et la mise en scène de communiqués qui n’a rien de nouveau, sinon, assumer ouvertement ce qui avait été déjà dénoncé en temps opportun par plusieurs sources de la cause cabindaise.

- Le silence maintenu par le Président Nzita Tiago et son opposition à toutes les initiatives d'un débat interne et d'expliquer l'opinion public national et international sur ce qui se passe avec notre peuple au Cabinda et dans les pays limitrophes du territoire, surtout a Pointe-Noire, depuis l'attaque du Massabi qui constitue le centre de gravité de tout ce qui s'assiste, aussi, revendiqué par lui et par son petit-fils Jean Claude Nzita, qui ne détient aucune responsabilité officiel dans le FLEC sont indubitablement des indications de sa connaissance préalable et de son approbation de la situation.

. Les deux ont allégué avoir assumé l'acte sous confirmation du groupe qui s'est rendu a l'Angola qui leur a garanti d'avoir été les stratèges et les exécuteurs conjointement avec les autres que dans les rangs des FACU on n'a la moindre idée de qui-que-ce-soit; cela explique clairement sa complicité avec tout ce qui vient de s’enregistrer ces derniers temps au Cabinda.

. L'inexistence de limites d'interférence des parents du Président Nzita Tiago : des fils, neveux, petits-fils et compagnie laissent une claire perception d'être dans un fief et non dans une structure représentative de la lutte d'un Peuple.

. Monsieur Antoine Nzita, détenteur d'une procuration signée par le Président Nzita Tiago qui lui habilite d’agir comme le président exécutif du flec, donc a été projeté par le père lui-même pour le rôle qu’il joue auprès de l'Angola et gère maintenant les fonds de la corruption quand officiellement il se dit d'y avoir un malentendu entre eux.

 . Suite à la pression de l'Angola ne pas vouloir voir le groupe rendu continuer clandestinement, ils ont été forcés à s'exposer en fonction du délai qui leur a été imposé pour démanteler la Résistance Cabindaise et dissoudre le FLEC dans un supposé congrès à être financé par l’Angola, comme condition pour continuer à être considérée fidèles au régime qu’ils servaient clandestinement.

- Ce n'est pas raisonnable que le Président Nzita Tiago ait plus d'une semaine de travail avec des personnes qui sont ouvertement au service de l'Angola pour démanteler les structures de FLEC comme il laisse comprendre dans le communiqué dont ils ont émis contre ceux qui maintiennent fidélité et veulent servir Cabinda sans compromettre la dignité de son peuple; et, il ne convoque pas la Commission Politique Permanente (CPP) conformément aux statuts pour éclaircir ce qui se passe, alors qu’il était connu que ces individus voyagent avec des passeports angolais pour Luanda, Europe et pays voisins de Cabinda en ayant à leur disposition des moyens  offerts par les Services Secrets de l'Angola pour déstabiliser le Flec et semer la terreur, la panique et le désespoir au sein de la population cabindaise de l'intérieur et de la diaspora.

- On  dénote une perversion de valeurs morales dans l'attitude de la direction du Flec en faveur de l'Angola pour la décapitation du mouvement architecté par les Services Secrets d'Angola, afin de perpétuer la souffrance du peuple de Cabinda comme il se peut prouver avec la montée de répression et de détentions de citoyens innocents, sans faute formée, comme c'est le cas des activistes civiques condamnés au Cabinda et les détentions de Pointe-Noire; alors que les stratèges et les exécuteurs de l'attaque de Massabi attribué au FLEC fréquentent les cercles de la Sécurité de l’Angola a Luanda qui leurs finance et donne tout appuie nécessaire d'un côté; et de l'autre s'assiste la justice angolaise en forgeant des jugements d'innocents par des crimes inexistants, contre la sécurité de l'état angolais, dans une emballée de contradictions.

 - Les rendus ont monté leur base a Pointe-Noire d’ou était coordonnée toute l'abomination: actions corruptives ; dénonciations contre les vrais résistants et actes coercitifs avec des menaces de mort voilées visant intimider et impliquer tous parce qu’ils sont satisfaits avec les promesses faites par l’Angola de changer leurs vies en compensation du temps passer (dans cette lutte) en servant l’Angola? Ils n'auront pas appris la leçon avec les précédents? Qui récompensera le sang écoulé et le martyrisé peuple de Cabinda?

- Qu’est-ce qui différencie ce nouvel acte de la précédent menée à bien par les autres qui les ont précédé outre l'excessive médiocrité, trahison à bon marché et brutalité qui le caractérise ?

- Cette situation crée de grands risques de radicalisation des guérilleros qui nient de respecter des ordres de ceux qui se sont rendus aux Services Secrets de l'Angola. Et, maintenant ils disent d'être en négociation avec l’Angola, en obéissant à une stratégie de celle-ci, pour s'éloigner de plus en plus la possibilité d'engagement de la Communauté Internationale en faveur d'une solution qui dignifie le peuple de Cabinda et toutes les parties engagées, y compris l’Angola.

 - Monsieur le Président Nzita Tiago cohabitait normalement avec les rendus; alors qu'il évitait le contact avec ceux qui n'étaient pas impliqués dans cette trahison. Après un échange de communiqués entre eux, a convoqué une réunion du Nkoto-Likanda quand tout est déjà consommé, pour quoi? Il pense continuer à tromper le peuple de Cabinda avec la fourberie dont a été frappé quand tout ne passe pas d'une simulation pour sauvegarder son image de héros et d'éternel chef de la résistance cabindaise?

- De cette façon, nous comprenons que Monsieur Président Nzita Tiago a aussi violé les statuts du mouvement, notamment: les articles 14 et 18; et il a encouragé jusqu'à un certain point la trahison du groupe qui s'est rendu à l'Angola.
Qu’ils expliquent clairement au Peuple Cabindais ce qui s'est passé avant leur mésentente, au lieu de disputer avec véhémence  pour le contrôle de la situation.

Donc, ils n'ont aucune autorité, ni pouvoir morale d'émettre des communiqués au nom de la Résistance Cabindaise en se destituant mutuellement par honte de tout un Peuple.

II. - POSITION ASSUMÉE PAR LES RESPONSABLES DÉMISSIONNAIRES

- Devant les faits ci-dessus résumés et autres détails qui suivront opportunément, si nécessaire; les Messieurs: Martinho Lubango, ex-Secrétaire pour les Relations Extérieures et Négociations, et membre de la CPP; João Francisco Lubota, ex-Secrétaire Permanent Adjoint de la CPP et Chibinda António Clemente, ex-Représentant de Cabinda en Suisse et membre de la CPP ont présenté leurs démissions et en se joignant à d’autres cabindais soucieux du destin du Peuple  Cabindais ont décidé ce qui suit:

. S'éloigner de toute trahison et toutes actes ignobles de Monsieur Président Nzita Tiago et ses acolytes, et déclarer qu'ils ne souscrivent a aucun point de la tromperie créé délibérément par cette direction à contrôle de leurs patrons (Angola) qui trahit et poignarde, encore une fois, le peuple du Cabinda.

. Cesser toute collaboration avec cette direction du fait d’être compromise avec l’Angola et rendre difficile de cette forme la solution politique du cas Cabinda.

. Ne pas permettre la monopolisation par qui que ce soit, sous toute excuse, de l'espace créé par les Cabindais pour la revendication de son droit à l'autodétermination, dans laquelle tous s'identifient et beaucoup ont donné leurs vies et autres continuent à donner, pour servir comme produit d'échange pour vie facile que certaines personnes rêvent, même s’il était nécessaire pour cela de sacrifier ou crucifier tous pour qu’ils atteignent ce qu’ils ambitionnent sans tenir compte des légitimes aspirations du Peuple de Cabinda.

. Travailler dans le but de sauver la crédibilité de la cause cabindaise et donner un espoir renouvelé au peuple de Cabinda ; et dire à ceux qui se vendent par les pétrodollars que l'argent qu’ils reçoivent seulement leur aveugle, rend ignorants et insensibles à leur propre souffrance, donc n'apportera aucune solution sinon contribuer à leur discrédit et retarder la solution "que aussi disent de chercher".
Néanmoins, ils se plaignent aussi de l'indifférence de la communauté internationale au mal infligé au Peuple Cabindais par l’Angola. Quelle ironie et sarcasme?

. Créer un Comité de Dynamisation pour l'établissement des bases de fonctionnement du Forum Libéral pour l'Émancipation du Cabinda comme étant l'espace où tous les Cabindais soucieux, en vérité, avec le sort de leur peuple pourront contribuer dans l'effort de recherche d'une solution pacifique, durable, juste et honorable pour le Cabinda.

. Monsieur Martinho Lubango est le coordinateur élu de ce comité.

III. - DEMANDE À LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

- Surtout a l'ONU, UA, UE et les pays les plus développés du G-8 d'envisager la question de Cabinda comme un défi de l'Angola à la civilisation moderne, la paix et la sécurité internationale, et qu’ils interviennent dans la clarification de l'attaque de Massabi avec l'ouverture d'une enquête internationale indépendante pour se prouver la véracité des faits.

- Particulièrement, aux chefs et aux Gouvernements des pays avec de grands intérêts économiques au Cabinda qu’ils prêtent attention à ce qui se passe avec le peuple du Cabinda et se prononcent, en faisant pression sur l’Angola pour libérer tous les défenseurs des Droits Humains; prisonniers politiques et de conscience incarcérés par le régime de l'Angola au Cabinda et à ne pas permettre leur instrumentalisation; et qu'il s'actionne les mécanismes internationaux nécessaires pour atteindre une solution politique du différend entre Cabinda et Angola.

- Que ne se cautionne pas avec son silence la corruption comme forme de résolution du problème du Cabinda, que comme on le sait, s'est basé dans l'autodétermination des peuples et, reconnu par les institutions internationales.

 - Tous cas, conflits et disputes, semblables à celui de Cabinda et autres même de nuance interne ont mobilisé la communauté internationale dû à l'impératif du respect pour les droits humains, de rétablir la paix et garantir la sécurité internationale.

Nous pensons que les victimes et les dégâts déjà causés par l’Angola au Cabinda justifient, indépendamment des raisons qui maintiennent la communauté internationale silencieuse, maintenant sa prononciation pour le bien de l'humanité.

Fait le 14 août 2010

                                                          Le Comité de Dynamisation

 
                Martinho Lubango            Chibinda António Clemente             João Francisco Lubota

 

Mise à jour le Samedi, 12 Février 2011 19:57
 

Don

Oui, je voudrais aider le fait d'exprimer la situation difficile du peuple réprimé et marginalisé de Cabinda.

Le Forum Libéral pour l'Émancipation de Cabinda est une organisation sans but de profit et compte sur les cotisations de ses membres, les subventions et les donations des personnes et des organisations philanthropiques amants de la paix, qui comprennent le joug de notre peuple que nous représentons pour soutenir son travail et activités. Votre donation serait une contribution bienvenue pour nous permettre de continuer à assister les aspirations justes et paisibles du peuple de Cabinda et promouvoir leurs droits de l'homme et droit pour l'autodétermination, trouver la solution nonviolente du conflit de Cabinda qui affecte le peuple de Cabinda et apporter la paix et la sécurité pour tous dans le territoire.